Un deuxième espace est aménagé en studio de prise de vue. Naîtront des images sur lesquelles les différents visiteurs prendront la pose, équipés des sculptures de leur choix. Les oeuvres ainsi exhibées semblent acquérir leur propre histoire, devenir autres, passer dans une autre réalité. Comme si d'être photographié leur donnait un passé, une mémoire. L'acte photographique légitime les parentés et références de l'œuvre.

Les objets usuels qui ont un rôle prédéfini, une fonction prédéterminée et qui sont utilisés pour fabriquer mes sculptures deviennent des objets artistiques, c'est-à-dire des figures dans lesquelles on peut projeter un sens. Par le biais du visiteur qui la prend, qui l'«utilise», la sculpture revêt alors une certaine fonction, ne serait-ce que celle d'être tenue et non seulement regardée. Ensuite, grâce au sens dont sera investie la sculpture par la mise en scène, l'attitude et les postures qui seront adoptées lors de la prise de vue, la perception de celle-ci effectuera une nouvelle translation. Cette mise en image de l'objet artistique semble lui restituer une certaine origine, un sens, une histoire. La sculpture acquerra alors un passé grâce à l'expérience vécue par le visiteur. Ce dernier me semble d'ailleurs la meilleure vitrine de l'œuvre, le présentoir réel et le mieux adapté. C'est cette idée qui a motivé mon travail.
 
Dgino Cantin
artiste en arts visuels
Projets CV Pratique
Hirondelle à main et autres petits objets --- les portraits
 
Changement de statut
Mon corps est une planète
De part et d'autre
Les bûcherons de l'impossible (publication Sagamie) avec Charles Guilbert
Dessins Rapides
Les Manipulations
Les Portatifs (mise en contexte)
L'Émoi des braises
Chaque instant depuis cette chaise est un pas vers toi avec Jean-Philippe Roy
Hirondelles à main et autres petits objets
Éclats
Sauvageries habituelles
Les Intérieurs apprivoisés
Manif d'art 3 Cynique?
Cette Confortable patience
La Coiffeuse
Pour la suite des choses
 
 
 
 
me joindre: info@dginocantin.com